16 raisons de manger moins de viande ! Santé, environnement, éthique... Quels bénéfices ? Perte de poids, plus d'énergie...

15(+1) bonnes raisons de manger moins de viande

Combien de fois par semaine mangez-vous de la viande ?
Quand on parle de manger moins de viande, les principales motivations sont liées à la souffrance animale, à la santé et aux impacts environnementaux. Mais nous allons voir dans cet article les nombreuses autres raisons de manger moins de viande !

Voici 15 bonnes raisons de manger moins de viande. Certaines vous paraitront évidentes et d’autres beaucoup moins 😉

     1. « Je n’aime pas ça »

Sans doute la meilleure raison 😉
Avec cet argument, au moins, il n’y pas de débat possible… sauf peut-être l’argument du super cuistot : « C’est parce que tu n’as pas goûté ma recette de [un plat à base de viande]»

Mon point de vue

J’aime bien la viande. Mais je peux très bien m’en passer plusieurs jours contrairement à certaines personnes qui sont particulièrement frustrées, voire à la limite de la dépression, après un repas sans viande. Si c’est votre cas, les points suivants vous aideront peut-être à changer votre relation à la viande 😉

     2. La viande coûte plus chère qu’une alimentation végétarienne

Oui, les produits animaux coûtent chers par rapport à des lentilles ou autres légumineuses (haricot rouge, blanc, pois chiche). Et c’est bien normal étant donné les grosses quantités d’eau et de nourriture nécessaires à leur croissance.

Les légumineuses contiennent une bonne part de protéines et coûtent bien moins chères ! Vous pouvez réduire la part de viande dans votre alimentation et varier vos repas par des repas de lentilles et de légumes. Avez-vous déjà préparé un dal de lentille ? C’est très facile et très bon ! Miam 🙂

Les lentilles ne contiennent pas assez de protéine ? Pas de vitamine B12 ? Cependant, la viande ne contient de la vitamine B12 uniquement par ce que les animaux sont complémentés ! Le saviez-vous ?

Pour les personnes végétariennes, il est donc préférable de prendre un complément en vitamine B12 pour ne pas être carencé. (1)

     3. « Je privilégie la qualité à la quantité »

En fonction des critères de chacun et pour des raisons diverses que nous verrons ci-dessous, certains privilégient la qualité à la quantité. C’est-à-dire des produits : biologiques, plus locaux, des élevages où vous connaissez les pratiques et les conditions de vie des animaux

Avec ces critères, la viande est aussi beaucoup plus chère, ce qui pousse à en manger moins !

Mon point de vue

Le prix de la viande bio prend le dessus en ce qui me concerne : je n’en achète pas ! (ou très très rarement) Le souci c’est que mes colocataires eux en achètent…et nous partageons les repas.
Vive l’houmous et les lentilles corail ! 🙂

     4. Perdre du poids

Pour maigrir, plus efficace qu’un régime : réduire la viande !

Pour différentes raisons, diminuer la consommation de viande permet de perdre du poids. La viande n’est pas particulièrement calorique mais très « encrassant ». Cela dépend bien sûr de la qualité et du type de viande. Par exemple :

  • les mauvaises graisses présentes dans les viandes conduisent à la production de toxine dans le corps.
  • les cuissons trop fortes conduisent aussi à une fabrication de toxines dans le corps.

Lorsque le corps est surmené, il entoure de graisses ces molécules agressives et les stocke. Réduire votre consommation de viande et les produits laitiers permet au corps d’aller évacuer ces toxines stockées sous forme de graisses.

Article lié : Jeûne intermittent : ses incroyables vertus

Bien-être et santé

     5. La viande est acidifiante

Une surconsommation de viande peut créer des lourdeurs digestives. Ces désagréments sont dus à des fermentations ou à des remontées acides. En effet, la digestion de la viande crée de grosses quantités d’acide urique dans le corps lié à la décomposition des protéines.

Manger moins de viande permet de réduire l’acidité du corps.

Or, notre alimentation est souvent trop acidifiante en raison des grosses quantités de céréales, légumineuses et de produits animaux. Cependant les produits animaux sont beaucoup plus acidifiants que les céréales et les légumineuses ! (2) Donc mieux vaut réduire les produits animaux en les remplaçant par exemple par des légumineuses.

À lire aussi  3 livres qui vont subtilement transformer votre vie

     6. Pour avoir plus d’énergie

C’est la conséquence du point précédent. En supprimant la viande à un repas, vous aurez une digestion plus légère et donc plus d’énergie. Bien sûr, cela dépend de ce que vous mangez à la place de la viande et en quelle quantité !

Lorsque vous mangez céréales ou légumineuses, ne mangez pas de produits animaux au même repas !

Les repas contenant à la fois de la viande et des céréales ou des légumineuses vont particulièrement fermenter. En effet, les céréales et légumineuses sont digérées en milieu basique dans l’estomac alors qu’un milieu acide est nécessaire pour la viande. Le mélange va donc alourdir la digestion et demander beaucoup plus d’énergie à l’organisme.

Article lié : 7 clés d’une alimentation saine sans frustration

Mon point de vue

Je sens une grande différence lors des repas où je ne respecte pas les bonnes combinaisons alimentaires. Pour une meilleure concentration et plus d’énergie après le repas, j’ai besoin d’être vigilent sur mon alimentation et en particulier de manger léger (en quantité).

     7. Utilisation d’une alimentation non adaptée pour les animaux

Aujourd’hui les animaux sont souvent complémentés en soja et maïs. Ce ne sont pas des aliments naturels pour les herbivores et les vaches notamment. Ces céréales fermentent lors de la digestion chez les herbivores et créent différents déséquilibres par rapport à des animaux nourris en pâturages.

Cette modification de l’alimentation naturelle conduit à un déséquilibre de la viande en acides gras essentiels : omégas 3 et 6. Cela rend la viande moins bénéfique car plus riche en oméga 6. Or notre alimentation est souvent déjà trop riche en oméga 6.

Note : Les acides gras essentiels ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme. Si les apports de notre alimentation sont déséquilibrés, des problèmes de santé peuvent apparaître. Un apport de 2 omégas 6 pour un oméga 3 est optimal. Les omégas 6 sont pro-inflammatoires, un excès peut favoriser différents problèmes de santé (polyarthrite rhumatoïde et athérosclérose notamment). (3)

     8. Antibiotiques et hormones

Pour diverses raisons, des antibiotiques et hormones sont administrés dans les élevages : accélérer la prise de poids, éviter les maladies.

En mangeant de la viande, nous mangeons aussi ces antibiotiques et hormones accumulés dans les tissus des animaux. Si vous mangez de la viande non « agriculture biologique » évitez au maximum de manger les parties grasses qui contiennent le plus de résidus chimiques.

Mon point de vue

Les raisons des effets négatifs de la viande sur la santé sont nombreuses ! Personnellement, ce sont les motivations parmi les plus fortes pour réduire ma consommation :

  • Les effets sur la santé,
  • Le prix élevé de la viande de qualité, meilleure pour la santé.
  • Et un autre argument très important : les impacts environnementaux que nous allons voir tout de suite 🙂

L'article n'est pas terminé ...

mais vous pouvez demander le livre offert

10 clés pour une vie épanouie

Alimentation, relation et émotions, motivation et méditation !

En vous inscrivant, vous recevrez : articles, vidéos, podcasts, offres commerciales, et autres conseils pour vous aider à manger sainement et être être heureux. Voir mentions légales complètes en bas de page.

Les impacts environnementaux

     9. Consommation d’eau

Les quantités d’eau nécessaire pour « produire » de la viande sont beaucoup plus grandes que pour produire des céréales ou légumineuses.

Cette eau sert à produire l’alimentation nécessaire ainsi qu’à abreuver directement les bêtes. A priori, les chiffres comprennent également l’eau de pluie qui arrose les pâturages. Voici deux graphiques reprenant les consommations d’eau :

  • en comprenant les pluies,
  • puis en ne les prenant pas en compte.

Tableau récapitulatif de l’eau  nécessaire, pluie comprise, pour produire un kilo d’aliment :

16 raisons de manger moins de viande ! Santé, environnement, éthique... Quels bénéfices ? -> Perte de poids, plus d'énergie, une alimentation plus légère et plus saine, un environnement plus sain également et surtout une consommation en accords avec vos valeurs ! Lisez l’article et télécharger le guide gratuit

 

Tableau récapitulatif de l’eau nécessaire, pluie non comprise, pour produire un kilo d’aliment :

16 raisons de manger moins de viande ! Santé, environnement, éthique... Quels bénéfices ? -> Perte de poids, plus d'énergie, une alimentation plus légère et plus saine, un environnement plus sain également et surtout une consommation en accords avec vos valeurs ! Lisez l’article et télécharger le guide gratuit

Vous remarquez qu’en ne prenant pas en compte l’eau de pluie, les quantités d’eau nécessaire par aliment sont beaucoup plus proche. Conclusion : la surface de terrain nécessaire pour produire un kilo de viande est beaucoup plus importante que pour un kilo de riz, pâte ou maïs.

À lire aussi  3 erreurs à éviter pour vous protéger des ondes

     10. Viande et impacts environnementaux

Le chiffre de 3 à 10 kg de céréales pour 1 kilo de viande de bœuf revient souvent. Cependant, les protéines utilisées dans l’élevage sont en partie non consommable par l’humain : résidus de céréales ou de légumineuses. (5)

Soja, OGM et forêt

Néanmoins, une part de l’alimentation des animaux est composée de soja et de maïs importée d’Amérique du Sud. Les vaches sont nourries en moyenne de 5 à 15% de tourteaux (résidus protéinés de soja après extraction de l’huile). Le tourteau, très riche en protéines, permet d’augmenter la production de lait des vaches et augmente la prise de poids des poulets.

En 2009, 98% du soja consommé en France était importé. Et 66% de ce soja servaient à nourrir les animaux d’élevage. En tout, 55% du soja a été importé du Brésil. La consommation de viande soutient donc indirectement la déforestation très importante au Brésil. En bonus, ce maïs importé est majoritairement OGM. (6)

Pâturage : sol et érosion

D’un autre côté, l’élevage à un fort impact au niveau des surfaces agricoles. 70% des terres arables sont utilisées pour l’élevage en France. Cela permet, notamment, d’entretenir des prairies, certes, mais leur sur-utilisation conduit aussi à une dégradation de ces terres par érosion en raison de l’absence d’arbre.

Culture de céréales et pesticide

Une autre part de ces terres correspond à de la culture céréalière utilisée en aliment direct pour l’élevage. D’une certaine façon, notre consommation de viande encourage les monocultures céréalières avec leurs nombreuses conséquences sur l’environnement : appauvrissement des sols, utilisation d’intrant chimique (pesticide, engrais…). Manger moins de viande c’est aussi réduire notre encouragement à cette façon de produire des aliments et des céréales.

Impact secondaire : En plus des pollutions chimiques, les écosystèmes marins sont mis en danger par la surpêche et des pratiques comme la pêche en haut profonde. Les filets viennent racler les fonds marins et détruisent les récits coralliens où vivent de très nombreuses espèces. La surpêche conduit à la mise en péril des espèces qui n’ont plus le temps de se reproduire.

Est-ce que le poisson c’est de la viande ? A vous de voir !

     11. Pollution de l’air

Les vaches émettent de grosses quantités de méthane, surtout lorsqu’elles sont nourries avec des céréales à la place de l’herbe. Les tracteurs, transports et intrants chimiques nécessaires ont également un impact sur la qualité de l’air.

L’élevage représente 14,5% des émissions totales de gaz à effet de serre d’après la FAO (organisation des nations unis pour l’alimentation et l’agriculture). Plus de 9% concerne uniquement l’élevage bovin. C’est plus que le transport qui représente 14% des gaz à effet de serre en ne prenant en compte que les émissions liées à l’utilisation des véhicules. (7)

     12. Pollution de l’eau

Les méthodes de culture céréalière – suppression des haies et intrants chimiques – conduisent à une érosion forte. Les intrants chimiques sont emmenés des champs aux rivières par la pluie. Les déjections des animaux, notamment des porcs sont aussi une grosse source de pollution des eaux.

Ces cocktails de molécules dans l’eau conduisent au déséquilibre de différent écosystème. Nous avons vu notamment le développement d’algue verte en Bretagne en raison des forts taux de nitrate dans l’eau. (8)

Mon point de vue

Ces impacts environnementaux sont très importants. C’est un argument supplémentaire qui est aussi lié à la santé. La santé est la motivation la plus importante pour moi. Or les impacts environnementaux sont une dégradation indirecte de l’état de santé de l’humanité. La dégradation et la pollution des écosystèmes impactent notre bien-être. L’humain fait partie de la nature.

Souffrance animale

Un des arguments les plus courants, et sans doute la plus grande motivation des personnes végétariennes ou véganes.

     13. Nous ne sommes pas en mode survie

Dans certaines régions ou les conditions de vie sont très rudes, il peut être difficile de ne pas manger les animaux. Par exemple, pour les Inuits du Groenland ou dans le nord de l’Europe : nord de la Suède, Norvège, Finlande. En France, nous avons d’autres solutions, étant donné que le climat et la richesse de nos terres permet une abondante production agricole.

À lire aussi  Les incroyables bénéfices de la méditation sur votre santé !

     14. Conditions d’élevage et maltraitance

Les animaux sont des êtres sensibles. Et ils souffrent des conditions d’élevage. Ils subissent beaucoup de stress durant leur vie et aussi en fin de vie étant données les méthodes d’abattage utilisées.

De plus, les animaux sont parfois maltraités par les personnes qui s’en occupent.

     15. Être en accord avec soi-même

« Les animaux sont mes amis et je ne mange pas mes amis. » George Bernard SHAW

Dans ce cas, il paraît naturel de ne pas les manger 🙂

S’octroyer le droit de vie et de mort sur autrui, n’est pas moral pour certaines personnes. Ce que nous ne nous autorisons pas entre être humains, pourquoi nous l’autorisons nous sur les animaux ?

Note : le problème de cet argument et la question de limite. Les plantes souffrent-elles ? Les bactéries et cellules de notre corps qui meurent chaque jour par millions souffrent-elles ?

Conclusion

     16. Revenir à la conscience

Une solution radicale

Le positionnement des personnes véganes ou même végétariennes peut parfois paraître extrême. Cependant, pour prendre leur défense, les méthodes de « production » sont parfois extrêmes et pas uniquement pour l’élevage et la viande. Le simple fait de parler de « production » est caractéristique du positionnement moral dans lequel nous nous trouvons : une posture de domination. Notre alimentation, base de notre vie et de notre survie, est devenu un produit de consommation comme un autre.

Plus de conscience pour changer de vision

Plutôt que de répondre à cette extrême du modèle de production par une autre extrême : ne plus manger de viande, je préfère une solution plus consciente.

« On ne peut pas résoudre un problème avec le même niveau de pensée que celle qui l’a créé. » Albert Einstein

Différentes personnes revendiquent une alimentation consciente : tuer soi-même la viande que nous mangeons, remercier cette vie offerte pour nous nourrir. Autrement dit, prendre conscience que manger de la viande ça a un coût : une vie est sacrifiée. Cela n’est pas gratuit.

Certains peuples traditionnels ont ce rapport conscient à leur alimentation que ce soit avec les animaux ou même avec les végétaux. Si vous avez vu Avatar (je sors mes grosses références 😉 ), souvenez vous cette scène où Jakes Sully tue un animal en suivant une sorte de rituel afin de « le tuer proprement ».

 

« Je te vois et te remercie, ton âme s’en va et ton corps reste pour faire partie du peuple. »

Remettre de la conscience dans nos activités seraient très bénéfiques à différents niveaux :

  • respect de notre environnement,
  • réduction du stress,
  • plus de bonheur avec moins,
  • paix intérieure.

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter ce précédent article sur la méditation, qui vous permettra d’inviter pas-à-pas plus de présence et de conscience dans vos activités du quotidien.

Est-ce que ce retour à une alimentation consciente a du sens pour vous ?

Si votre plus grande motivation pour manger moins de viande n’est pas mentionnée dans l’article, laissez un commentaire !

Pour finir

A l’écriture de cet article, plusieurs personnes m’ont dit ne pas en voir l’intérêt. Vous avez peut-être trouvé que ces arguments sont évidents ?

Mais parfois les évidences méritent d’être rappelées. Certaines personnes n’ont pas encore fait le choix de réduire leur consommation de viande. Certaines personnes n’ont pas du tout conscience des éléments énumérés ici. J’espère donc que cet article permettra à certaines personnes de faire ce pas.

Merci de partager au maximum cet article pour permettre au plus grand nombre de personnes de faire le grand saut ! D’inviter plus de bienveillance et de douceur dans notre monde…

Source

6 commentaires sur “15(+1) bonnes raisons de manger moins de viande”

  1. Damien,
    nous mangeons moins de viande à la maison, mais quitte à en manger autant qu’elle soit bio. Pour le prix, nous achetons plutot en caissettes avec différents morceaux dedans à congeler, cela réduit considérablement le prix.
    C’est marrant car j’ai publié aujourd’hui la recette de galette au soja (pour remplacer la viande 😉
    Marie

    1. Bonjour Marie,
      Merci pour ton commentaire.
      Je te laisse le soin de proposer les recettes d’alternatives à la viande 😉

  2. Bonjour Damien,
    Oui, cet article regroupe des éléments que beaucoup de personnes savent, mais pas forcément les carnivores convaincus. Alors, si ton article peut élargir les horizons de certains, il est forcément bienvenu.
    Il y a longtemps que j’ai réduit ma consommation de viande, pour les raisons que tu cites, mais certainement surtout pour avoir plus d’énergie. Il y a même des périodes où je n’en consomme pas du tout.
    Par contre, je ne considère pas tous les végétarien-ne-s ou végan-e-s comme extrémistes. Certain-e-s le sont. D’autres ont simplement adopté un mode de vie plus adapté à leurs besoins et leurs croyances. En effet, certaines personnes sont en MEILLEURE SANTÉ depuis qu’elles ont arrêté de manger de la viande. (C’est aussi le cas de personnes qui ont arrêté de consommer des produits contenant du gluten ou des produits laitiers). Plusieurs sportifs de haut niveau sont végétaliens. Ce sont des choix personnels qu’il est important de respecter selon moi, parce que chaque corps est unique et que de nombreux paramètres (dont les émotions) entrent en ligne de compte quand il s’agit d’alimentation.
    (Enfin, j’écris cela, mais je ne pense pas que tu vas me contredire…).
    Cordialement,
    Isabelle

    1. Bonjour Isabelle,
      Merci pour ton commentaire qui élargit encore l’horizon !
      En effet, je suis plutôt tout à fait d’accord avec toi 🙂
      Rien à rajouter 😉

      A bientôt

  3. Bonjour,

    Merci pour cet article. =)
    Je pense que tout est dans la juste mesure et surtout de faire nos actions en pleine conscience des conséquences, ce qui n’est pas toujours le cas.

    Personnellement je varie les plaisirs, parfois des repas végétaux, parfois animaux, le tout est d’avoir des recettes !

    Très pratique, les galettes de pois chiches / légumes à surgeler pour emporter au boulot !

    Bonne continuation pour ce blog de qualité !

    1. Bonjour Marvin,
      Merci pour ton retour d’expérience.
      Oui, il existe des recettes très simples et savoureuses avec l’utilisation d’épices 😉

      Bonne continuation à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *